Fil fondu (FDM)

Affichage 1-9 de 9 article(s)

Qu'est ce que l’impression 3D via dépôt de fil fondu ?

Imprimantes 3D FDM à impression 3D de fil plastique extrudé.

Ces machines utilisent des thermoplastiques.


Comment fonctionne l’impression 3D via dépôt de fil fondu ?

Tout d’abord, une bobine de filament est chargée dans l’imprimante 3D, puis alimentée par la tête d’impression qui est équipée d’une buse chauffante. Une fois que la buse atteint la température désirée, un moteur entraîne le filament à travers elle, le faisant fondre. L’imprimante déplace la tête d’impression en déposant le matériau fondu à des endroits précis, où il se refroidit et se solidifie. Quand une couche est terminée, la plate-forme de construction descend et le processus se répète, couche par couche.
Une fois l’impression terminée, l’objet 3D est généralement prête à l’emploi, mais il peut nécessiter un post-traitement, comme l’enlèvement des structures de support ou le lissage de la surface.


Quels sont les avantages et les limites de l'impression via dépôt de fil fondu ? 

Une large gamme de matériaux thermoplastiques est disponible pour le FDM, par exemple l’ABS, le PLA, le polycarbonate (PC), le polyamide, le polystyrène.
La technologie FDM est économe pour produire des prototypes fonctionnels et/ou sur-mesure, et des pièces en petite série.

A cause de ses limitations, la fabrication additive FDM a une plus faible précision dimensionnelle et résolution que d’autres technologies d’impression 3D. Cette caractéristique fait que ce procédé est adapté au prototype rapide, et à certaines applications fonctionnelles. Les pièces FDM sont susceptibles d’avoir des lignes de couches visibles, donc le post-traitement est souvent nécessaire pour un fini de surface lisse. De plus, le mécanisme d’adhésion de la couche rend les objets 3D, réalisés par dépôt de fil fondu, intrinsèquement anisotropes. Cela signifie que ces pièces seront plus fragiles dans un sens et qu’elles ne sont généralement pas adaptés aux applications critiques.